Présentation des chercheurs

Professeurs 2010-2014

 

Bertrand Gervais

Professeur titulaire, Département d'études littéraires, Université du Québec à Montréal Directeur de Figura, Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire, Coordonnateur de ERIC LINT, l'équipe de recherche sur l'imaginaire contemporain.

Fondateur et directeur des Laboratoires NT2, Bertrand Gervais travaille à de nombreux programmes de recherche sur l’imaginaire, la lecture littéraire et les nouvelles expériences de la textualité. Il a été co-récipiendaire du Prix d’excellence en recherche de l’Université du Québec pour les arts et les lettres en 1998. Il a publié de nombreux essais et ses travaux les plus récents portent sur les figures de l'obsession, sur les fictions de l’oubli, sur l’imaginaire de la fin, de même que sur les hypertextes de fiction. Il est aussi romancier.

Projets de recherche : Projet Lower Manhattan/Lower Manhattan Project

Principales publications

Essais

Édition

Fictions

René Audet

Professeur agrégé, Département des littératures, Université Laval

Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en littérature contemporaine et chercheur au Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ), René Audet poursuit des recherches sur la poétique du recueil et de la diffraction, la littérature actuelle (en France et au Québec), la culture numérique et la narrativité contemporaine. Il est directeur de la collection «Contemporanéités» (http://contemporain.info/contemporaneites) aux Éditions Nota bene et de la revue savante numérique temps zéro. Revue d’étude des écritures contemporaines (http://tempszero.contemporain.info).

Projets de recherche

 

Jean-François Chassay

Professeur titulaire, Département d’Études littéraires, Université du Québec à Montréal

En plus d’être un auteur prolifique, Jean-François Chassay est membre du centre Figura et de l’équipe Éric Lint. Ses recherches sur l’imaginaire que partagent la science et la littérature lui ont valu de recevoir, en 2002, le Prix d’excellence en recherche de l’Université du Québec pour les arts et les lettres. Il travaille actuellement sur l’imaginaire du gène dans la fiction et le discours social. Il est également responsable de Sélectif, un groupe de recherche sur les liens entre science et littérature et membre de la Société pour la promotion de la science et de la technologie.

Ollivier Dyens

Professeur agrégé et directeur, Département d’études françaises, Université Concordia

Créateur primé du cédérom Les cathédrales aveugles et d’une carte du monde électronique, Ollivier Dyens fait partie de cette nouvelle vague de chercheurs qui développent le potentiel créatif offert par les nouvelles technologies. Ses travaux le poussent à tisser des liens entre technologie, littérature et culture. Il travaille à la production de recueils de poésie hybrides et de sites de poésie en ligne. Ce membre de Figura est également concepteur de sites Internet et responsable de Chair et métal, un essai doublé d’une revue électronique ayant reçu le Prix du meilleur essai de la Société des écrivains canadiens et ayant été traduit au MITPress.

Dominic Forest

Professeur adjoint, École de bibliothéconomie et des sciences de l'information, Université de Montréal

Dominic Forest est professeur à l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information de l’Université de Montréal. Il y mène des activités de recherche et d’enseignement dans les domaines de la fouille de textes et de la diffusion de l’information numérique (technologies web, architecture de l’information, design et conception de sites Web, Web 2.0). Il est activement impliqué dans plusieurs projets de recherche dans le domaine des humanités numériques (digital humanities). En tant que membre de Figura, il participe à des projets de recherche logés à cette enseigne. Par exemple,  il mène des recherches sur les procédés de visualisation et d'exploitation du Répertoire du Labo NT2, et s'intéresse à la lecture et à l'analyse de textes assistées par ordinateur. Il fait partie de l'équipe de recherche « NTV : nouvelles textualités et visualisation, ville, virtualité » qui vise à élaborer des structures de navigation et de plongée pour appréhender la masse de l’information disponible. La métaphore visuelle de la ville comme point de départ vers une nouvelle représentation de l'information est intégrée à ces travaux. La ville, ses rues, ses immeubles, ses quartiers et ses arrondissements sont considérés comme les fondements de l’exploration et de la visualisation de l'information.

Joanne Lalonde

Professeure titulaire, Département d’histoire de l'art, Université du Québec à Montréal.

Les recherches de Joanne Lalonde portent sur les pratiques d'art réseau et médiatique. Elle est responsable du Groupe de recherche sur les identités narratives dans l’art web et membre de l’Équipe de recherche sur l’imaginaire contemporain (Éric Lint) associée au Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire Figura. Spécialiste de la vidéo canadienne, elle s'intéresse également aux représentations de genres et aux figures du métissage sexuel dans l'art actuel ainsi qu'aux modalités de l'interactivité dans l'art contemporain.

Elle a dirigé l'antenne NT2 UQAM de juin 2011 à juin 2012.

Martin Lefebvre

Professeur agrégé, Mel Hoppenheim School of Cinema, Université ConcordiaTitulaire, Chaire de recherche de l’Université Concordia en études cinématographiques

Professeur associé, Département d'études littéraires, Université du Québec à Montréal

Spécialiste du cinéma, des théories du cinéma, de la spectature et de la sémiotique visuelle, Martin Lefebvre est rédacteur en chef de la revue Recherches Sémiotiques/Semiotic Inquiry. Son essai, Psycho: de la figure au musée imaginaire, a reçu le prix AQEC-Olivieri. Ses travaux sur l’imaginaire du cinéma et la sémiotique ont été publiés dans des revues internationales et ses recherches sur le montage numérique, Eisenstein et la théorie du cinéma sont reconnues. Il a été professeur invité en France (Université de Paris 1, Sorbonne-Panthéon) et au Mexique (Universidad Tecnológico de Monterrey), et a reçu, en 2001, le Concordia Student Life Teaching Excellence Award. Il dirige une équipe de chercheurs sur l’histoire et l’épistémologie des études cinématographiques.

Sophie Marcotte

Professeure agrégée, Département d'études françaises, Université Concordia

Sophie Marcotte est la directrice de l'antenne NT2 Concordia et est membre de Figura. Elle codirige le Groupe de recherche sur Gabrielle Roy depuis 2002 et travaille à un projet de recherche individuel qui vise la création d'une communauté virtuelle autour de l'œuvre de Gabrielle Roy: HyperRoy. Elle a publié une édition des lettres de Gabrielle Roy à son mari, Marcel Carbotte (Mon cher grand fou... Lettres à Marcel Carbotte 1947-1979, Boréal, « Cahiers Gabrielle Roy », 2001), et a préparé, avec François Ricard et Jane Everett, l'édition du Pays de Bonheur d'occasion et autres écrits autobiographiques épars et inédits (Boréal, « Cahiers Gabrielle Roy », 2000). Elle a publié des articles et des comptes-rendus dans des revues et des collectifs canadiens, étatsuniens et européens.

Bernard Perron

Professeur titulaire, Département d’histoire de l’art et études cinématographiques, Université de Montréal

 

Bernard Perron est professeur titulaire au département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques de l’Université de Montréal. Il a co-dirigé pour Routledge les anthologies The Video Game Theory Reader (2003) et The Video Game Theory Reader 2 (2009). Il a également dirigé Horror Video Games: Essays on the Fusion of Fear and Play (McFarland, 2009). Il a écrit Silent Hill: The Terror Engine (The University of Michigan Press, 2011), publié dans la collection d’ouvrages qu’il co-dirige: Landmark Video Games. En plus d’avoir publié de nombreux articles sur le sujet, Bernard Perron a réalisé deux courts-métrages. Ses recherches portent sur le jeu vidéo, l’horreur, le cinéma interactif, sur la cognition, la narration et le jeu dans le cinéma narratif, ainsi que sur l’avènement du montage. Il est membre du CRI et du GRAFICS de l’Université de Montréal et chercheur associé à Figura, où il travaille sur la dimension ludique du jeu et sur l’interactivité. Son site web: <http://www.ludicine.ca/>.

Sheila Petty

Professeure au département d'études médiatiques et doyenne de la Faculté des Beaux-Arts, Université de Régina

Sheila Petty est une théoricienne des médias. Elle fait partie du groupe de recherche Arts et littérature hypermédiatiques (ALH). Ses plus récentes recherches portent sur l'identité, la race (l'ethnicité) et le rôle de la narrativité et de l'esthétique visuelle au sein des médias numériques africains (incluant ceux de la diaspora). Auteure de nombreux articles sur le cinéma africain, elle a aussi co-dirigé Canadian Cultural Poesis : Essays on Canadian Culture (Wilfrid Laurier University Press, 2006) et un numéro spécial d’Atlantis : a Women’s Studies Journal (2008, Vol. 32.2), intitulé « Digital Feminisms ».  Elle a édité une collection d’essais, A Call to Action : the Films of Ousmane Sembene (Flicks/Praeger, 1996) et vient de publier Contact Zones : Memory, Origin and Discourses in Black Diasporic Cinema (Wayne State University Press, 2008).

Nicolas Xanthos

Professeur agrégé au département des arts et lettres, Université du Québec à Chicoutimi

Nicolas Xanthos est un chercheur de Figura et d'Éric Lint, spécialisé en littérature française contemporaine, en théories du récit, du dialogue et de la fiction. Ses recherches actuelles portent sur la poétique de l'enquête dans le roman français contemporain, un programme de recherche en deux volets. Le programme proposé consiste à mettre en lumière la poétique de la forme romanesque de l’enquête dans le champ de la littérature française contemporaine (mais à l’extérieur du roman policier), de même que ses enjeux littéraires, philosophiques et culturels. Il est également co-chercheur, avec René Audet comme chercheur principal, d'un projet intitulé « La théorie du récit à l'épreuve 
du romanesque contemporain : 
décalage ou aporie méthodologique ? » Ce projet vise à investiguer la pertinence et l'adéquation des notions fondatrices de la théorie du récit dans le cadre d'analyses de la production romanesque actuelle, investigation à opérer par une confrontation des apories du discours critique et du caractère d'exception ou d'innovation qu'on reconnaît à tout un pan de la production romanesque contemporaine. Elle repose sur l'idée qu'une critique qui témoigne de ses propres limites, au-delà des enjeux proprement esthétiques posés par les oeuvres elles-mêmes, est largement fondée sur un rapport problématique entre pratiques littéraires et notions théoriques.